Anne de Green Gables – Lucy Maud Montgomery

J’ai reçu ce magnifique livre relié lors d’une Opération Masse Critique Babelio spéciale et je découvre un éditeur : Monsieur Toussaint Louverture. J’ai été subjuguée par la qualité de fabrication : des papiers somptueux, une couverture brillante avec un côté cuivré rose, des pages de garde assorties, ça fait longtemps que je n’avais pas vu une telle qualité dans les moindres détails, y compris la police d’écriture.
J’ai repensé aux livres de la Bibliothèque Verte Hachette des années 30 et 50, ces livres jeunesse de mes grands-parents et de ma mère, et malgré le petit format, j’ai embarqué vers mes 12 ans dans des histoires telles que Croc Blanc, Trois Hommes dans un Bateau, Papa Longues Jambes, Ces dames aux chapeaux verts, La Petite Princesse, la Case de l’Oncle Tom, ces deux derniers dans une très vieille collection dont ne ne me souviens plus du nom.

L’histoire de Anne de Green Gables est aussi un classique jeunesse ancien, mais je ne connaissais pas du tout. Elle a été publiée en 1908 et c’est un best-seller dès sa sortie, et sera vendu à plus de soixante millions d’exemplaires à travers le monde (L’auteure, Lucy Maud Montgomery était Canadienne anglophone). Cette histoire est sortie en France sous le nom d' »Anne, la maison aux Pignons Verts. ».
Pour cette édition luxueuse, une nouvelle traduction a été faite, par Hélène Charrier, et le titre également a été modifié.

L’histoire est celle d’ Anne Shirley, petite orpheline de 11 ans, qui a vécu une enfance malheureuse.
Orpheline, rousse (oui jusqu’à il y a peu, être rousse c’est être moche), mal habillée, qui connait Dieu mais de loin, presque païenne, (mais on verra au cours du livre qu’elle cite parfois les Ecritures, et qu’elle dit être protestante.
Une dame est venue la « choisir » dans un orphelinat, sans savoir qu’elle se trompait : Marilla et Matthew Cuthbert, un frère et une soeur d’une soixantaine d’années, célibataires et taciturnes, voulaient un garçon, adopter un orphelin garçon pour les aider à la ferme. Or lorsqu’Anne débarque du train, c’est la surprise. L’enfant, consciente de sa « laideur » est dans tous ses états, tant elle veut être adoptée. Et là on découvre « les états » de cette petite : elle parle et parle tellement que Matthew est complêtement sonné…. et le chemin en charette à travers la campagne donne à Anne l’occasion de s’étonner tout haut, de parler sans reprendre sa respiration, à faire des descriptions poétiques et enthousiastes des paysages qu’elle traverse,avec un vocabulaire ridiculement étendu, bien trop poétique, d’un enthousiasme exagéré, trop romantique pour son âge et compte tenu de sa vie d’avant comme enfant-domestique maltraitée. Elle est tellement enthousiaste que pendant la lecture des 50 premières pages j’ai immédiatement eu dans la tête une référence à la Série Friends, avec ce personnage, un des flirts de Phoebe, incarné par Alec Baldwin, qui déborde anormalement de bonheur pour la moindre chose et ça en devient tellement insupportable qu’on a envie de le frapper. Mais bon, à part mon avis d’adulte sur ce point, on s’y fait… J’aurais adoré littéralement lire cette saga lorsque j’avais entre 12 et 15 ans, en fait. Ce conte suranné avec beaucoup de poésie et les cotés malicieux d’Anne m’aurait séduite.
Cette fantaisie, ce romantisme exacerbé, ses pleurs inconsolables, ses joies, ses points d’exclamation, c’est juste le ton des classiques jeunesse de mon enfance.

Écrit par une femme à une époque où tout était contre elle, refusé par de nombreux éditeurs, rangé dans une boîte à chapeaux pendant des années avant d’être exhumé et enfin publié avec un succès immédiat, adapté des dizaines de fois (cinéma, théâtre, radio, et récemment sur Netflix, « Anne with an E ») et aimé par des générations et des générations de lecteurs (vendu à plus de soixante millions d’exemplaires), Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery est un hymne à la joie, à la persévérance et au pouvoir de l’imagination. 
Il y a plusieurs tomes, l’éditeur prévoit le second pour 2021. L’occasion de faire une belle collection pour une petite lectrice.

Anne de Green Gables – Lucy Maud Montgomery, 1908, éditions Monsieur Toussaint Louverture, collection Monsieur Toussaint Laventure, 384 pages, sortie le 8 Octobre 2020, 16,50€

5 commentaires

  1. Quel merveilleux livre. J’ai eu un coup de cœur pour Anne, et ai terminé le second tome la semaine dernière : il m’a semblé encore meilleur !
    Sur Instagram les éditions MTL ont fait plusieurs vidéos sur le processus de fabrication de ce tome, c’est assez passionnant car il y a un boulot éditorial assez fou. 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s