Du côté des indiens – Isabelle Carré

L’histoire :

« Il s’est trompé, il a appuyé sur la mauvaise touche, pensa aussitôt Ziad. Il ne va pas tarder à redescendre… Il se retint de crier : “Papa, tu fais quoi ? Papa ! Je suis là, je t’attends…” Pourquoi son père tardait il à réapparaître ? Les courroies élastiques de l’ascenseur s’étirèrent encore un peu, imitant de gigantesques chewing gums. Puis une porte s’ouvrit là haut, avec des rires étranges, chargés d’excitation, qu’on étouffait. Il va comprendre son erreur, se répéta Ziad, osant seulement grimper quelques marches, sans parvenir à capter d’autre son que celui des gosses qui jouaient encore dans la cour malgré l’heure tardive, et la voix exaspérée de la gardienne qui criait sur son chat.
Son père s’était volatilisé dans les derniers étages de l’immeuble, et ne semblait pas pressé d’en revenir. Ziad, 10 ans, ses parents, Anne et Bertrand, la voisine, Muriel, grandissent, chutent, traversent des tempêtes, s’éloignent pour mieux se retrouver. Comme les Indiens, ils se sont laissé surprendre ; comme eux, ils n’ont pas les bonnes armes. Leur imagination saura-t-elle changer le cours des choses ? »(résumé Editeur)

Je ne vais pas faire une longue chronique. Parce que j’ai été déçue, déçue, déçue ! Comme j’avais littéralement adoré le premier livre d’Isabelle Carré, »les rêveurs », « Du côté des Indiens » a été ma première commande de la rentrée littéraire. Mais. J’ai tenté à de nombreuses reprises de le lire, et malheureusement j’ai eu beaucoup de mal à m’identifier aux personnages, à les aimer, même. Le sujet du #metoo est visiblement le pivot du bouquin, de l’histoire, mais je me suis sentie perdue dans ce tourbillon de personnages, je n’ai pas retrouvé la poésie et la fantaisie du précédent livre, j’ai fini par le fermer sans l’avoir fini. Avec beaucoup de peine. La sensation d’un ratage, d’un fouillis de sujets, je me suis sentie en-dehors. Dommage.
J’ai revendu ce livre illico presto.

8 commentaires

  1. J’avais aimé le premier mais celui-ci médit rien du tout, même pas eu la moindre envie… Je trouve qu’il y a beaucoup de similitudes avec le premier et je me pose à chaque fois la question…. Si l’auteure n’était pas Isabelle Carré aurait il autant de succès et en parlerait-on autant ?😉

    Aimé par 3 personnes

  2. même constat! je l’ai terminé pour voir où elle voulait aller mais elle court plusieurs lièvres à la fois et aucun à fond (ex #metoo )
    je l’aime bien comme actrice mais cette lecture ne pas même pas donné envie de lire « Les rêveurs » et je me pose la même question que Mumu… Et le passage à LGL avait des allures de complaisance je trouve ou alors on n’a pas lu le même livre F. Busnel et moi 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s