L’institut – Stephen King

189AA8D8-86CE-4932-B154-6FD7C5326411

Bienvenue à l’Institut.
Quand les enfants y entrent, ils n’en sortent plus. Au cœur de la nuit, à Minneapolis, des intrus pénètrent dans la maison de Luke Ellis, jeune surdoué de 12 ans, tuent ses parents et le kidnappent. Luke se réveille à l’Institut, dans une chambre semblable à la sienne, sauf qu’elle n’a pas de fenêtre.

Luke est un surdoué, il vient d’être accepté à Harvard et au MIT .. à l’âge de 12 ans..  il fait aussi des trucs bizarres, sans être sûr que ça vienne de lui : chez lui il arrive que la vaisselle se mette à trembler dans les armoires, ou que le plat à pizza tombe. Que la poubelle bouge. Mais ses parents s’en accommodent. Lorsqu’il est enlevé dans sa maison en pleine nuit, il ne sait pas ce qui arrive à ses parents. Lorsqu’il se réveille, il est dans le Maine, mais où ? Dans des bâtiments en parpaings au milieu d’une forêt primaire. Que des arbres, à perte de vue.

Lorsqu’il sort de sa chambre, il y un couloir, et il y fait la connaissance de Kalisha, qui est assise par terre,  qui a son âge, et qui est dans cet « endroit » depuis plus de 15 jours, et accepte de dire à Luke ce qu’il fait ici : en fait c’est un endroit pour enfants et ados qui ont des capacités psychiques hors du commun, comme la Télékinésie ou la Télépathie. Elle ne sait pas pourquoi ils sont là, à part pour faire des tests et des expériences douloureuses. Le but ultime est de « voir des points ». D’ailleurs il y a des affiches partout à ce sujet. Kalisha emmène Luke sur le « terrain de jeux », protégé par des grilles de 3 mètres de haut. Il y a là Nick, George, Ellen, Iris. Qui confirment ce que Kalisha a dit. Mais Luke ne veut pas y croire. C’est impossible, pas logique. Il est dans un cauchemar.

Mais lorsque les autres, qui ont entre 10 et 16 ans, lui racontent ce qui se passe ici, il ne peut que pleurer : des piqûres douloureuses leur sont faites, on les opère, on les soumet au « caisson », tout ça dans le but… quel but ? Ils ne savent pas. Les enfants restent là une semaine ou 15 jours, et ils sont emmenés. Où, on ne sait pas, la directrice, une femme cruelle, les médecins et les surveillants prétendent qu’ensuite les enfants sont ramenés chez eux, mémoire effacée, et ce qu’ils font pendant ce séjour ici, c’est servir leur pays.

Luke va prendre des moyens détournés, car c’est le seul surdoué, pour essayer de comprendre ce qui se passe, et essayer de sauver les enfants qui sont là. Car il en arrive tous les jours, il en disparaît aussi tous les jours.

C’est un très bon Stephen King, prenant à souhait, les personnages sont très attachants, c’est vraiment une bonne histoire. Un petit bémol cependant : je trouve que la fin est lente. Les 100 dernières pages auraient gagné à être allégées. Sinon, c’est un bon cru.

L’Institut – Stephen King, ed Albin Michel, Février 2020, 600 pages.

 

 

5 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s