Une cosmologie de monstres – Shaun Hamill

IMG_3322

J’ai eu la chance de pouvoir lire ce livre en avant-première, et j’en remercie ici le très sympathique Gilles Dumay, Editeur de Albin Michel Imaginaire.

Lorsque j’ai ouvert Une cosmologie de monstres, je me suis dit que j’allais aimer, tout de suite : le roman s’ouvre sur cette phrase : « Je me suis mis à collectionner les lettres de suicide de ma soeur Eunice à l’âge de sept ans ».  (Alors forcément, on plonge, on y va.) 

D’autant plus que le livre est accompagné, sur la 4e de couverture, d’un mot du Maître : Stephen King : 

« Dans Une Cosmologie de monstres, Shaun Hamill allie brillamment les univers angoissants de H.P. Lovecraft avec l’histoire contemporaine d’une famille menacée de destruction par des forces surnaturelles. Il réussit son coup, parce que ces braves gens pourraient être nos voisins. L’horreur ne fonctionne que lorsque nous nous attachons aux personnes concernées  ; nous nous attachons aux Turner, et leurs cauchemars deviennent les nôtres. La prose de Hamill est sobre, tout simplement belle. Voilà à quoi ressemblerait un roman d’horreur signé John Irving.
J’ai adoré ce livre, et je pense qu’il vous plaira aussi. » Stephen King

La Famille Turner, de Vandergriff (Texas), se tient sur le seuil d’un monde terrifiant dominé par une cosmologie de monstres. Est-ce le leur ou est-ce le nôtre ?

Le narrateur s’appelle Noah. . Il raconte l’histoire de sa famille, la famille Turner, depuis la rencontre de son père, Harry et de sa mère, Margaret, dans la librairie où celle-ci travaille, en 1968.. Harry est fou de littérature style « pulp », et des revues dans lesquelles on commence à trouver des nouvelles de Lovecraft, par exemple. Il s’assied dans la librairie, n’achete rien mais lit  tout ce qu’il veut dans le rayon science-fiction. La première fois qu’il donne rendez-vous à Margaret, il lui offre un livre qu’il adore : la Tombe, de Lovecraft.  La deuxième fois, ils sont allés voir une de ces attractions que les américains adorent : la Maison de la Peur. C’est comme le train fantôme, il y a plein de trucs qui font tellement peur qu’on croit qu’on va mourir. On se retrouve dans une pièce où la famille Adams se prépare à manger, et invitent les visiteurs. On rencontre des monstres qu’on n’imagine même pas.   C’est à ce moment-là qu’ils tombent amoureux, juste en sortant de cet enfer. Et c’est à ce moment-là aussi que Harry aura cette idée de construire un jour sa Maison Hantée. Il le fera, avec ses filles, Eunice et Sydney, et sa femme Margaret.  

Dans ce roman fantastique, on plonge dans une ambiance lourde, une peur diffuse, des grattements à la fenêtre, des disparitions bizarres. On vit aussi comme une famille, mais bizarre. La mère ne semble pas très maternelle. Le père a des réactions bizarres, de plus en plus. Les enfants vivent dans leur monde. Le malheur frappe. Mais la famille Turner reste au centre de tout.

Il y a des monstres, aussi. Un gentil, un drôle de chien qui a une cape et des pouvoirs magiques. Un autre monstre, plein de dents. Des disparitions inexpliquées. Des territoires interdits et innateignables, avec des « immeubles cyclopéens » (ils reviennent souvent, j’ai dû aller voir sur wiki à quoi ça pouvait bien ressembler), des failles entre les mondes, et entre les épouvantables monstres.

Un livre qui prend le lecteur d’un coup et ne le lâche pas. Même si l’on n’a jamais lu Lovecraft (c’est mon cas), ni vu La Famille Adams (c’est mon cas aussi), j’ai lu d’autres auteurs comme Ira Levin, dont on parle à l’occasion du film « Rosemary’s Baby » dans l’histoire. Le récit est structuré par « époques »et l’on ne comprendra pourquoi qu’à la fin. Le mystère est superbement mis en place, et j’ai adhéré à tout. Le style est très bon, ni trop ni trop peu, rien qui semble plaqué ni artificiel. Il est tellement bien passé que j’attends avec hâte d’autres livres de cet auteur, car ceci est son premier roman.

J’ai vraiment aimé. Thriller et Fantastique, avec Horreur, mais ne vous attendez pas à du sang, du gore ou des massacres. Il n’y aura pas non plus de créatures à tentacules de poulpe, contrairement à ce que promettait la couverture……. c’est autre chose. L’ambiance est absolument horriblement et délicieusement génératrice de frissons de trouille, mais ce livre m’a tenue en haleine jusqu’au bout.

Un seul mot : c’est excellent.

Une cosmologie de monstres – Shaun Hamill, editions Albin Michel Imaginaire, 400 pages, sortie le 2 Octobre 2019, 24€

12 commentaires

  1. Brrrrrr… la façon dont tu en parles on pourrait croire à une sucette 🍭 sucrée avec une mygale à l’intérieur 😱 Je n’ai pour aucun si dire jamais lu de choses qui font peur, de peur d’avoir peur. Je me laisserais limite tenter suite à ta chronique.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s